Contes de l¹Oncle Joanet.

On ne présente plus les Lettres de mon moulin : elles ont enchanté
notre enfance et fait connaître au monde entier, après l’avoir révélée Paris, une
Provence idéalisée, très frelatée - il faut bien le dire - mais qui nous rappelle
malgré tout notre vraie Provence rurale qui fleure bon le thym, la lavande, le
romarin, les herbes odoriférantes, les milliers de fleurs sauvages, e dont les
oliviers, les pins et les chênes verts... crissent de cigales sous le flamboyant
soleil du Midi.
*****
Après avoir relu en anglais - et avec grand plaisir, je l’avoue - ces
Lettres de mon moulin dans l’élégante traduction de J. E. MANSION, M.A. *,
j’ai voulu voir ce qu’elles donneraient en rouergat. Mais je dois quand même
ajouter que la bonne traduction d’André Lagarde m’a encouragé également à
mettre mes pas dans les siens.
*****
Si Alphonse Daudet avait écrit en provençal, notre littérature d’oc
aurait un chef-d’oeuvre de plus. Hélas ! les Parisiens de l’époque, pas plus que
ceux d’aujourd’hui, n’auraient même pas soupconné le parfum de ces pages,
probablement pensées par l’auteur dans le parler de ses dix ans, mais transpo-sées
en français pour « la Ville-lumière ».
*****
J’espère que notre Midi relira ces lettres à haute voix, redécouvrant
ainsi toutes les sonorités de sa belle langue-miracle, si riche, si imagée, si mer-veilleusement
chantante ; et qui fut à l’origine de tant de littératures européen-nes.
Cantalausa,


télécharger


Las Letras del meu molin an pas mai besonh d’estampèl : encantèron la
nòstra enfança e faguèron conéisser al mond entièr, après París, una Provença
ideala, bravament farlabicada, vertat, mas que nos rememòria, ni per tot, nòstra
polida vertadièira Provença rurala que nòl a frigola, espic, romanin, a milanta
flors salvatjas, a èrbas sentorosas..., e dont los olius, amb los pins o los euses,
cricassejan de cigalas a la raja del caud del Miègjorn.
*****
Après tornar legir en anglés - e amb grand plaser, o confèssi - aquelas Letras
del meu molin, dins la revirada destricada de J.E.MANSION, M.A.,* volguèri véser
çò que donarián en roergàs. Me cal ajustar ça que la que la brava revirada de
l’amic Andrieu Lagarda m’encorèt atanben a m’encaminar darrièr sas pesadas.
*****
Anfós Daudèt, agèsse escrich en provençal, nòstra literatura d’òc auriá un
cap d’òbra de mai. Ailàs ! los Parisencs de l’epòca, pas mai que los del jorn de uèi,
aurián solament pas saufinada la redoléncia d’aquelas paginas que l’autor sosquèt,
mai que probable, dins lo parlar de sos dètz ans, mas que revirèt en francimand per
« la Vila-Lum ».
*****
Vòli creire que nòstre Miègjorn tornarà legir aquelas letras a nauta votz, e
que tornarà aital descobrir lo resclantiment de sa polida lenga-miracle tan granada,
tant imajada, tan meravilhosament cantarèla ; e qu’amodèt tantas de literaturas
d’Euròpa.
Cantalausa,


télécharger



accueil livres à acheter livres à télécharger livres à consulter souscriptions livres en promotion


Augmentez votre trafic avec Banchange