Contes de l¹Oncle Joanet.

Aicí donc, de l’abat Besson, CONTES DE L’ONCLE JOANET,
escriches pel pus primièr còp en grafia classica, dicha normalizada.
Es pas de creire lo fum de decas e d’errors que relevèri dans l’edicion
seisena de 1948 ! Aquò me butèt a demandar lo manuscrit original que se
tròba a la Societat de las Letras d’Avairon. I me soi fisat per corregir çò pus
grèu ; mas cal plan dire que dins las sièis edicions successivas se tròban
d’ajustons que devon èsser, mai que probable, de Besson ; los ai donc servats.
Ai normalizat lo mai possible sens tocar lo mens possible a la lenga de
Besson. Me soi acontentat d’escriure los francismes, los localismes, los
neologismes amb de caractèrs diferents que son pas ça que la las italicas
normalas, servadas pels latinismes o per las soscadissas que fan pas partida
dels dialògs.
Aicí d’exemples d’italicas normalas : pater, kirie, gloria... Aicí los
caractèrs causits pels francismes : pròche, boès, grèla, mossú, missant, sustot,
mème, volur, chacrin, escogrifa, plèti, nani, corvada, degrè, atge, salle, piri, prèsque,
tot a fèt, moièn, vitament...
Aqueles caractèrs son estats utilizats atanben pels localismes : vautres,
dusca, pardí, qun, quna, totplesses, curvelar, siaguèt... ; e mai pels neologismes :
tortuda / toitoira, permòias, marjonges, sacòni, tamoèn, inogau, galipan, se permenar,
lobidòr, secarlinat, pardines, sarnebiu / sarnadièla / sarnablura, manicla de patanicla,
torimpa, maridondiala, jaiant, arrapiamus...
Ara, cerquèssetz pas de nòtas lingüisticas en bas de pagina o en coa de
libre, que n’ai pas mesa cap per balhar pas l’impression de voler censurar Besson.
Qué dire mai ? Ai facha una revirada francimanda per ajudar lo legeire
qu’a pas jamai aprés a legir sa lenga mairala.
E ara, bona lectura ! Congostatz-vos un còp de mai amb los contes del
grand Besson.
Cantalausa.


télécharger


Lors d’une lecture rapide, j’avais estimé autrefois que Contes de
l’Oncle Joanet étaient loin de valoir Contes de la Tatà Mannon. Eh bien, je
m’étais trompé, grossièrement trompé : les uns sont bien différents des autres,
mais dire que ceux-ci ou ceux-là sont inférieurs ou supérieurs, je ne m’y
risquerai plus.
Si nous faisons abstraction des thèmes religieux ou moralisateurs très
mal acceptés de nos jours, nous retrouvons dans Contes de l’Oncle Joanet
la même verve, la même invention, la même richesse de vocabulaire, le même
suspense, le même art du récit, le même style vivant et varié, les mêmes
trouvailles, la même malice, le même génie de conteur-né que dans Contes
de la Tatà Mannon.
Je n’ai commis la traduction française que par souci pédagogique. J’ai
tout simplement voulu permettre de lire Bessou dans le texte à tous ceux
qui n’ont pas eu le privilège d’apprendre à lire à l’école leur langue mater-nelle.
Le français, pour une fois, au lieu de les handicaper, les aidera peut-être
: le sens de la phrase, accompagné d’une lecture en occitan à haute
voix, leur donnera de retrouver les sonorités de la langue d’oc qu’ils ont
dans l’oreille. Et quand ils auront appris à lire leur langue, ils abandonne-ront
les béquilles françaises pour se lancer sur les grands chemins occitans.
Je souhaite que ces contes aient le succès de ceux de la Tatà Mannon si
rapidement épuisés dans leur version normalisée. Dans Contes de l’Oncle
Joanet, les amis de bêtes découvriront, sur les vingt-quatre contes du livre,
huit contes animaliers qui feront leurs délices. Ils y trouveront aussi trois
contes consacrés au Diable, deux à l’Homme et à la Femme, un à Noël, les
dix autres traitant de sujets très divers.
Bonne lecture donc ! Redécouvrez le grand Bessou.
Cantalausa.


télécharger



accueil livres à acheter livres à télécharger livres à consulter souscriptions livres en promotion


Augmentez votre trafic avec Banchange